Recherche dans le blog

Fiche d'élevage Varanus prasinus - Varan émeraude

Publié le : 09/12/2019 - Catégories : Fiches d'élevage , Fiches lézards , Varanus prasinus

Nom vernaculaire : 

Varan émeraude

Nom scientifique : 

Varanus prasinus (Schlegel, 1839)

 

Répartition :

Présent dans toute la Papouasie Nouvelle-Guinée et ses îles environnantes, jusqu’au îles du Nord de l’Australie (Torres Straight Islands).

Habitat et mœurs :

V. prasinus habite la canopée des forêts en plaine jusqu’à 500m d’altitude, Il est absent des régions montagneuses. C'est un varan arboricole parfaitement adapté à la vie en hauteur mais il peut lui arriver de descendre au sol pour dormir ou chasser. Animal diurne, il est actif le jour et va se coucher le soir. Il n'hiberne pas l'hiver et doit être chauffé toute l'année. 

Description / Particularités :

Ce varan arboricole, encore plutôt rare en captivité et peu reproduit, peut atteindre environ 70 cm, dont deux tiers pour la queue. La queue préhensile opère comme un « cinquième membre » quand l’animal grimpe sur les arbres. Sa coloration dorsale est composée de nuances de vert allant jusqu’au vert/jaune et/ou vert bleuté. La peau entre les écailles est noire, les individus arborent généralement soit 6/8 bandes dorsales noires soit un marquage réticulé. La face ventrale est vert clair et la gorge est souvent jaunâtre. Les écailles sur la tête sont larges.

Espérance de vie : environ 20 ans

Mode de vie sociale : solitaire. Peut être maintenu en groupe mais sous surveillance : ils devront pouvoir être séparés rapidement en cas de nécessité.

Mode de reproduction : ovipare 

Varanus prasinus est, comme beaucoup de varans, un reptile particulièrement sensible aux actions de son soigneur et à son environnement. En passant le plus de temps possible avec lui et en évitant au maximum le rapport de force (contention), il sera possible de le voir se détendre de plus en plus jusqu’à accepter les proies données à la pince, puis à la main (attention toutefois aux morsures pouvant être douloureuses). Il sera important de l’approcher par étapes en commençant par être simplement présent dans la même pièce que lui, puis en essayant de le nourrir à la pince. Ensuite il sera possible de le nourrir en dehors du terrarium dans le but de le sortir sans crainte de sa part. La nourriture est le meilleur levier possible pour ces animaux, il faudra tout miser là-dessus pour espérer les voir se calmer et accepter l’idée que nous ne sommes pas un danger pour eux. L’ultime étape serait même de faire un peu de « training » en dissociant certaines interactions les-une des autres pour l’amener à vous observer, à s’adapter à nous pour obtenir une « récompense ». C’est un vaste sujet mais nous postons déjà régulièrement des courtes vidéos exemples sur nos réseaux sociaux. Alors n’hésitez pas à nous suivre sur Facebook et Instagram (liens en pied de page).

 

Maintenance :

Ce varan très curieux et assez actif pourra s’épanouir dans un beau terrarium planté, aménagé en hauteur avec de nombreuses branches sur lesquelles il pourra grimper, chasser et se reposer. Concernant la taille du terrarium, il est possible de leur installer un terrarium de taille modeste, par exemple 90x45x90cm au début de sa vie chez vous puis de l'installer dans plus grand une fois que l'animal vous connaitra mieux. En faisant ainsi nous pouvons limiter le stress sur le long terme chez ces animaux sensibles. Pouvoir approcher un minimum son animal reste une nécessité en captivité pour effectuer n’importe quel soin ou vérification. (Consulter ici notre vidéo YouTube dédiée)

La température ambiante sera de 25°C, avec un point chaud à 35°C créé à l’aide d’une ampoule chauffante recréant la lumière du jour (voir produits en bas de page). Des vaporisations quotidiennes permettront à l'animal de s'abreuver, il faudra aussi maintenir un minimum d’hygrométrie pour éviter les garrots causés par des mauvaises mues ; néanmoins, le terrarium devra être bien ventilé. Un bassin d’eau fraiche changé régulièrement est également nécessaire.

Le rayonnement UVB est indispensable, un tube fluorescent de 5 ou 6% sera largement suffisant. Éviter les lampes HID qui, à des distances d’environ 20/40cm, émettent souvent des taux UV irréalistes par rapport à ceux auxquels ils peuvent s’exposer dans leur milieu naturel. Un taux UV trop élevé peut causer des dégâts irréversibles.

Le substrat : nous utilisons avec succès la chips de coco depuis des années pour ces animaux. Elle permet de bien absorber l’eau lors des vaporisations sans moisir grâce à son PH acide, il ne faudra toutefois pas la détremper mais simplement l’humidifier régulièrement. Il est aussi possible de placer même de la fibre de coco fine et/ou de la tourbe blonde si le terrarium est naturel (produits adaptés en bas de page).

 

Alimentation : 

Varan insectivore et carnivore, il sera nourri avec des insectes et occasionnellement de jeunes rongeurs. Les proies, correctement nourries, doivent être recouvertes de calcium, un apport de vitamines est possible, une fois tous les 15 jours. 

Cette espèce étant assez opportuniste il sera possible occasionnellement de lui donner des œufs, des cuisses de grenouilles et autres viandes maigres.

Découvrez en bas de la page des exemples de nourritures adaptées.

 

Protection :

Cette espèce est classée en annexe II de la Convention de Washington (CITES) et en annexe B du règlement européen (UE). Les individus sont obligatoirement identifiés et enregistrés sur le fichier i-fap.

Afin de préserver la vie sauvage, l'animal dont vous venez de faire l'acquisition ne doit pas être relâché dans le milieu naturel

© Cette fiche d'élevage est protégée par des droits d'auteur. Toute reproduction, même partielle, est interdite.

Partager ce contenu

Suivez-nous sur Facebook