Catégories

Nouveautés

» Toutes les nouveautés
Fiche d’élevage pour Corucia zebrata



Corucia zebrata est originaire d’une aire très restreinte, les Iles Salomon, y compris Bougainville.
Ce scinque arboricole géant peut atteindre la taille de 80 cm. C’est un lézard nocturne et végétarien dont les mœurs sont assez inusuelles. En effet, il est ovovivipare, les femelles gardent dans le corps leurs oeufs fécondés (un seul, en général, rarement deux) jusqu'à l’éclosion des jeunes. Les adultes et les juvéniles vivent "en famille" soudé. 

AMENAGEMENT DU TERRARIUM

En raison du caractère arboricole de ces lézards, un terrarium adapté aura une hauteur importante : par exemple, pour maintenir un couple, il mesurera 150 x 80 x 200 cm minimum. Il sera aménagé avec beaucoup de branches et des écorces entières de chêne–liège, dans lesquelles le lézard peut se cacher tout en demeurant en hauteur.
Le sol des mes terrariums est revêtu de linoléum, plus facile à nettoyer étant donné que Corucia défèque, en général, à même le sol.
Une lampe à vapeur de mercure mixte de 100W (type Powersun®) fournit aux Corucia zebrata les UVA et UVB dont ils ont besoin, ainsi que luminosité et chaleur. Les branches et écorces seront placés de manière à permettre aux animaux de se rapprocher de la source lumineuse sans pouvoir l’atteindre, pour éviter les brûlures. En effet, même s’il s’agit d’un lézard crépusculaire et nocturne, Corucia zebrata sort de temps en temps la journée et s’installe sous la lampe, pour se chauffer et absorber les rayons ultraviolets. Ce sont surtout les femelles "gestantes" qui ont ce comportement.
La température varie entre 32° C au point chaud et 25–28° C au point frais. En hiver, elle peut descendre jusqu’à 20° C. Pour éviter des températures inférieures, je fais tourner un chauffage de salle de bain de 2000W, avec thermostat. En effet, le terrarium dans lequel je maintiens mes Corucia zebrata est assez grand, 350 x 60 x 200 cm, et il est séparé en 3 parties par 2 cadres grillagés amovibles. La cohabitation de plusieurs individus étant souvent problématique, cet aménagement permet de garder séparés les individus incompatibles, tout en leur permettant de se voir. On peut ainsi étudier l'évolution de leur comportement et, éventuellement, réunifier les groupes ou en former de nouveaux. Grâce à cette méthode, j'ai pu former 2 couples qui s'entendent bien, et qui se sont reproduits. Au jour d’aujourd’hui, un couple partage son territoire avec trois de ses jeunes (âgés de trois ans, deux ans et un an), tandis que l’autre couple cohabite avec un jeune de deux ans. Le troisième groupe est composé d'un adulte non sexé, et d'un juvénile (4 ans environ) non sexé. Naturellement, chaque groupe possède une lampe à vapeur de mercure mixte, alors que le chauffage est unique, étant donné que les trois terrariums sont séparés par un grillage.
Une bassine d’eau de 50 x 30 x 20 cm est placée à terre, les animaux s’y baignent parfois, notamment quand ils muent.
Etant donné la zone de répartition du scinque à queue préhensile des Iles Salomon (écosystème tropical), des vaporisations régulières sont nécessaires afin de maintenir un taux d’humidité élevé, entre 60 et 80%. Je vaporise donc les terrariums quotidiennement en hiver et au printemps, tandis que le reste de l’année les vaporisations seront plus espacées. Ceci me permet d’établir aussi un certain rythme saisonnier, la photopériode étant constante tout au long de l’année, 12 heures de lumière par jour.
La coupelle de nourriture est installée en hauteur, dans un plateau fixé sur les branches.
D’après mes observations, les accouplements se passent à terre ; toutefois, les naissances ont lieu en hauteur, dans ou sur les écorces.

ALIMENTATION

Corucia zebrata est un lézard exclusivement végétarien. Son régime alimentaire sera constitué de salades ayant un bon rapport phospho–calcique (romaine, frisée, endives, chicorée, scarole, mâche, cresson, pissenlit, trèfle, luzerne, fanes de carottes, de navets et de radis etc.), de feuilles (mûrier–platane, pothos, faux acacia (robinier), lierre terrestre (Glechoma hederacea), grand plantain (Plantago major), Malva silvestris etc.), mélangés avec des légumes (haricots verts, courgettes, carottes, tomates etc.) et des fruits (pêches, abricots, cerises, fraises, oranges, clémentines, bananes etc.). Les aliments proposés varient selon les disponibilités saisonnières.
La prise de nourriture s’effectue un jour sur deux, pour les adultes et les juvéniles. Deux fois par semaine (trois fois quand la femelle est gravide) j’ajoute aux aliments du carbonate de calcium. Une fois tous les quinze jours j’ajoute aussi des vitamines (un mélange de "Petphos® croissance" (complément vitaminique pour chiots) et de vitamines pour oiseaux (Ocevital®).

REPRODUCTION

La reproduction de Corucia zebrata est particulière en raison de sa spécificité de lézard ovovivipare.
Chez les couples que je maintiens, aux conditions susmentionnées –notamment en ce qui concerne les vaporisations et la baisse hivernale de température–, les accouplements ont toujours eu lieu au printemps, de fin février à début mai. Après 6 à 8 mois de gestation, le jeune sort, formé, directement du ventre de la mère. Il est assez grand, 14 cm de longueur museau–cloaque et 31 cm de longueur totale, pour une masse corporelle de 60 g. Presque aussitôt, le nouveau–né avale son vitellus. Le premier jour, la mère l’ignore mais, à partir du deuxième jour, elle le défend farouchement contre tout danger potentiel, en premier lieu contre le soigneur. Souvent, je me suis rendu compte que la naissance avait eu lieu en observant le changement radical dans l’attitude de la femelle qui m’agressait la bouche grande ouverte dès que j’ouvrais le terrarium, ou même au–delà des vitres. Ce comportement dure environ six mois. Pendant cette période, la femelle suit presque toujours son petit, parfois elle le pousse à l’intérieur de l’écorce ou, par des légères morsures, l’incite à ne pas s’éloigner.
Si le cas le plus fréquent est celui d’un seul bébé par femelle, il arrive que celle–ci donne naissance à des jumeaux. Les naissances peuvent avoir lieu tous les ans –comme c’est le cas d’une des femelles Corucia zebrata que je maintiens– ou se manifester avec moins de régularité –comme c’est le cas de l’autre femelle. Je pense que l’âge de l’animal, son état de santé et l’alimentation sont les facteurs qui ont une incidence dans la fréquence des naissances. En effet, la femelle nécessite d’une grande quantité d’énergie pour porter à terme la gestation.
Corucia zebrata est un lézard très territorial. Son agressivité contre les congénères qui pénètrent dans son territoire est souvent meurtrière. D’une manière générale, deux mâles adultes ne peuvent cohabiter, mais il se peut qu’une femelle nouvellement introduite dans le terrarium soit agressée et blessée par les autres Corucia. Les morsures qu’ils s’infligent sont très dangereuses, un doigt, un bout de queue peuvent être sectionnés nets, une morsure au ventre peut s'avérer fatale. Cependant, cette territorialité se manifeste contre ceux qui sont externes au groupe. Par exemple, fait assez inusuel chez les reptiles, les jeunes sont reconnus et acceptés par les parents. La meilleure manière de constituer un groupe est donc, à mon avis, de commencer par installer un couple et ensuite garder, avec les parents, les jeunes nés de ce couple. Toutefois, il est nécessaire de tenir compte de la taille du terrarium, qui doit pouvoir "grandir" avec l'élargissement du groupe. Dans un terrarium 150 x 80 x 200 on ne devrait pas garder plus de trois, quatre individus maximum. A chaque nouvelle naissance, le plus âgé parmi les juvéniles doit être séparé.

Corucia zebrata est un lézard gravement menacé d’extinction à cause de la disparition de son biotope (déforestation). Il est désormais interdit d’importation et il est devenu très rare en captivité. Pour ces raisons, sa détention doit être réservée aux éleveurs expérimentés qui visent sa reproduction en captivité. 

Pour en savoir plus :

BIBLIOGRAPHIE


·

BROGARD J., 1992. Les maladies des reptiles. Collection Médecine Vétérinaire : 320 p.
· COBORN J., 1996. Prehensile–tailed skinks. TFH : 63 p.
· DEVARE A. J. W., 1998. Some observations on behaviour, breeding and care of captive prehensile–tailed skinks, Corucia zebrata (part I). Reptilia 4 : 61–68.
· DEVARE A. J. W., 1998. History and behaviour, breeding of captive prehensile–tailed skinks, Corucia zebrata (part II). Reptilia 5 : 58-65.
· DEVARE A. J. W., 1999. History and behaviour, breeding of captive prehensile–tailed skinks, Corucia zebrata (part III). Reptilia 6 : 60–63.
· DEVARE A. J. W., 1999. History and behaviour, breeding of captive prehensile–tailed skinks, Corucia zebrata (part IV). Reptilia 7 : 62–65.
· DEVARE A. J. W., 1999. History and behaviour, breeding of captive prehensile–tailed skinks, Corucia zebrata (part V). Reptilia 8 : 53-57.
· DE VOSJOLI P., 1993. The general care and maintenance of prehensile–tailed skinks. Advanced Vivarium Systems. 56 p.
· DE VOSJOLI P., 1997. The lizards keepers handbook. Advanced Vivarium Systems. 176 p.
· GERARD P., 1997. L’élevage des lézards. Philippe Gérard Editions. 82 p.
· GERARD P., HUSSARD N., ROSSELLE S., SAVARIN P., SCHILLIGER L., 2003. Atlas de la terrariophilie. Les lézards. Animalia Editions Vol. 3 : 192 p.
· MATTISON C., 1989. Lizards of the world. Blandford : 192 p.
· MATZ G., VANDERHAEGE M., 1978. Guide du Terrarium. Delachaux et Niestle : 350 p.
· OBST F. J., RICHTER K., JACOB U. 1988. Atlas of Reptiles and Amphibians for the Terrarium. TFH : 232–233.
· ROGNER M., 1997. Lizards. Krieger Vol. 2: 170–171.
· SCHILLIGER L., GERARD P., 1998. Allo, véto! Philippe Gérard Editions. 82 p.
· SCHILLIGER L., 2004. Guide pratique des maladies des reptiles en captivité. Editions MED’COM : 224 p.
· SPRACKLAND R. G. 1992. Giant Lizards. TFH : 195–197.