Recherche dans le blog

Fiche d'élevage Varanus exanthematicus - Varan des savanes

Publié le : 23/07/2019 - Catégories : Fiches d'élevage , Fiches lézards , Varanus exanthematicus

Nom vernaculaire :  

Varan des savanes

 

Nom scientifique : 

Varanus exanthematicus (Bosc, 1792)

 

Répartition : 

Le varan des savanes occupe un vaste territoire d’Afrique centre-occidentale, allant du Sud-Ouest de la Mauritanie jusqu’à l’Ouest de l’Ethiopie. Sa zone de distribution suit, au Sud, la côte africaine du Sénégal au Cameroun et continue en République Centrafricaine, Soudan du Sud et ouest de l’Ethiopie. Au Nord, elle traverse le sud du Mali, le centre-sud du Burkina Faso et du Nigeria, le sud du Tchad et atteint l’Ethiopie à travers le Soudan du Sud. Finalement, sont aire de répartition est limitée à nord par le Sahara et au sud par la ceinture des forêts tropicales qui couvrent le cœur de l’Afrique.

 

Habitat et mœurs : 

Varanus exanthematicus se rencontre dans les prairies et les zones agricoles dans la ceinture de savanes de la région soudano-sahélienne. Il fréquente également les amas rocheux dans lesquels il peut trouver refuge ou les endroits plus boisés des zones de transition entre prairies et forêts. 

• Varan terrestre et diurne, il peut être aussi semi-arboricole pendant la phase juvénile

Les observations de ce varan timide et à la pigmentation cryptique sont rares, aussi parce qu’il évite les implantations humaines. De plus, son rythme d’activité est fortement saisonnier. Pendant 6 mois environ par an, de décembre à fin mai/début juin, il reste caché au creux d’un arbre, dans un terrier (souvent creusé par les écureuils terrestres) ou dans les termitières abandonnées. Pendant cette période d’hibernation il ne se nourrit pas. Au cours de la saison des pluies il devient particulièrement actif et chasse beaucoup. En revanche, quand les températures sont trop élevées, il reste caché sous un buisson ou dans un terrier. La femelle pond dans des nids peu profonds creusés par ses soins.

 

Particularités : 

• Le varan des savanes peut atteindre la taille de 100-110 cm, le maximum enregistré au Ghana étant 130 cm. Toutefois, de tels spécimens sont rares à l’état sauvage, en général il ne dépasse pas 80-90 cm. Les femelles sont plus petites. 

Compte tenu des caractéristiques des varans en général, V. exanthematicus a une morphologie très particulière. Son corps est massif et sa tête est large, anguleuse, arrondie au bout et portant deux arêtes osseuses qui partent du bout du museau et s’élargissent jusqu’à l’ouverture auriculaire en passant au-dessus des yeux. Sa langue bifide est bleuâtre. Sa mâchoire est puissante et ses dents sont adaptées à casser la carapace dure de certaines proies. Ses narines sont situées en arrière, équidistantes entre le bout du museau et les yeux. Toutefois, le varan des savanes n’a pas de mœurs aquatiques et s’il est contraint de nager il agite les pattes comme s’il marchait tout en ondoyant du corps. Sa queue est relativement courte, environ la même taille que la longueur museau-cloaque. Elle porte une crête double et, distalement, elle est comprimée latéralement. Ses écailles dorsales et nucales sont grandes, granuleuses, presque rondes, et forment une espèce d’armure de protection contre d’éventuels prédateurs et/ou des proies aux dents aiguisées. Ses membres et ses doigts sont relativement courts et puissants. La pigmentation de fond est marron clair à beige à grise avec des taches blanchâtre à jaunâtres sur le dos, entourées d’un anneau brun. Ces taches sont plus visibles chez les juvéniles et tendent à s’estomper avec l’âge. Une ligne brune à noire part derrière l'oeil pour atteindre le cou. La queue est marquée par une suite régulière d’anneaux marron et beige/jaunâtres. Le dessous du corps et l’intérieur des pattes sont blanchâtres à jaunâtres.

• Espérance de vie: 20 ans (minimum)

• Ce varan, très intelligent, peut "s'apprivoiser" si le travail est commencé dés bébé, certains font même du training avec pour leur faire exécuter des actions répétitives à la demande. 

 

Maintenance : 

• Le terrarium de type aride mesure, au minimum, 180 x 90 x 50 cm pour un adulte

Il est aménagé avec de nombreuses cachettes et un récipient d’eau propre toujours à disposition pour qu’il puisse boire et se baigner. Comme substrat on peut utiliser des éclats de coco, du sable, de la fibre de coco ou un mélange de sable et fibre de coco sur 10 cm environ. Des souches et des écorces de chêne-liège placées obliquement permettent d’augmenter l’espace vital. On peut également aménager une mezzanine à mi-hauteur. L’hygrométrie est maintenue à un faible niveau, 50% environ. 

• Les températures varient entre 20-22°C la nuit et 27 à 35°C le jour, avec un point chaud de 45-50°C. Le rayonnement UVB est indispensable, ainsi qu’une bonne luminosité. 

Une période d’hibernation est nécessaire pour le bien-être de l’animal. Pendant cette phase hivernale de deux à trois mois, le varan est maintenu à 15-18°C avec une photopériode de 8 heures.

 

Alimentation : 

Ce varan principalement insectivore se nourrit, en milieu naturel, d’arthropodes (nombreux insectes, mille-pattes, larves de coléoptères, Iules, scorpions…), gastéropodes, amphibiens, petits mammifères et œufs de reptiles. En captivité on peut lui proposer toute sorte d’insectes ainsi que, de temps en temps, des souriceaux. Néanmoins, en raison de sa tendance à l’obésité, il doit être nourri avec parcimonie en particulier quand il est adulte. Il faudra complémenter les proies avec du calcium pur. 

 

Protection : 

Cette espèce est inscrite à l’annexe II de la CITES et à l’annexe B du règlement communautaire.

Afin de préserver la vie sauvage, l'animal dont vous venez de faire l'acquisition ne doit pas être relâché dans le milieu naturel

© Cette fiche d'élevage est protégée par des droits d'auteur. Toute reproduction, même partielle, est interdite.

Veuillez vous connecter pour noter cet article

Partager ce contenu

Suivez-nous sur Facebook