Catégories

Nouveautés

» Toutes les nouveautés
PrestaShop

L’association Bébésaurus est un élevage non rentable, donc à but non lucratif. La vente des jeunes lézards nés dans nos locaux sert à financer une partie des frais de fonctionnement de l’élevage. Il n’y a aucun salarié. 

Le but premier de l’association est de contrer l’importation d’animaux sauvages en proposant, aux amateurs de sauriens, des lézards issus de notre élevage, en contribuant ainsi à limiter les prélèvements dans le milieu naturel. Cette politique est d’ailleurs suivie par une grande partie des éleveurs français de reptiles et elle progresse parallèlement  au changement de mentalité des terrariophiles qui s’est produit ces dernières années. Les animaux nés en captivité priment de plus en plus sur les animaux de capture, que ce soit dans un souci éthique ou de recherche d’individus de qualité, sains et plus facilement acclimatables. Une prise de conscience qui, à mon avis, commence à donner des fruits même si beaucoup doit encore être fait.

Par ailleurs, étant donné que le côté rentable n’est pas une priorité, nous pouvons nous permettre de reproduire des animaux dont l’élevage n’est pas économiquement viable, par exemple Hydrosaurus weberi et différentes espèces d’Uromastyx dont l’entretien n’est pas financièrement compensé par la vente des nouveau-nés. 

Le président de l’association Bébésaurus, Olivier Antonini, écrit régulièrement des articles notamment pour la revue Reptilmag. Grâce au travail accompli dans les locaux de l’association, deux livres ont également été publiés : l’un en 2004 sur l’écologie et l’élevage des lézards du genre Uromastyx, l’autre en 2009 sur le gecko léopard, Eublepharis macularius.

Olivier Antonini 

Olivier ANTONINI et Stephane ROSSELLE de Reptilis à la rencontre de l'herpétofaune du Maroc.